Ancien Ministre Henri Emmanuelli condamné à 18 mois de prison

Henri Emmanuelli, député socialiste des Landes, réélu le 1e juin avec 60,93 % des voix, a été condamné, jeudi 5 juin, par le tribunal correctionnel de Lyon à dix-huit mois de prison avec sursis pour complicité de trafic d'influence et recel de trafic d'influence.

Il était poursuivi en tant qu'ancien trésorier national du PS dans le cadre du volet marseillais de l'affaire URBA, bureau d'études ayant participé au financement de son parti. L'autre trésorier du PS, André Laignel, a été, pour sa part, relaxé, le tribunal soulignant qu'il n'était pas saisi des faits antérieurs à mars 1988, qui ont été amnistiés. Le tribunal avait à juger les conditions de passation des marchés publics sur l'agglomération marseillaise. Entre 1987 et 1989, plus de 9 millions de francs avaient transité, via des fausses factures, par l'antenne régionale d'URBA pour alimenter les caisses nationales et locales du PS. Il a estimé que M. Emmanuelli « ne pouvait ignorer les conditions frauduleuses » de ces financements. Mais il a souligné que l'intéressé « n'a tiré aucun profit personnel » et que le fait de complicité retenu « n'implique aucun manquement à l'honneur et à la charge d'homme politique occupée par M. Emmanuelli ». Les magistrats n'ont pas prononcé à son encontre de peine d'inéligibilité. En mars 1996, la cour d'appel de Rennes avait déjà condamné M. Emmanuelli à dix-huit mois de prison avec sursis et l'avait privé de ses droits civiques pour deux ans. L'élu des Landes s'est pourvu en cassation de ce précédent jugement.

 

Source: Le Monde 

One Response to Ancien Ministre Henri Emmanuelli condamné à 18 mois de prison

  1. Marie-Lise EHRET dit :

    Monsieur Emannuelli

    _ sujet très important de médecine, de société et de laisser aller à tuer

    _ La mort et le suicide légalisés en France dans ses hôpitaux publics et exportés à l’Etranger

    voici un dossier qui montre bien le silence hégémonique depuis quarante ans dans la santé publique à l’heure actuelle et dans nos hôpitaux publics , une rescapée de Freud dans un dispensaire et de Lacan à deux reprises et de justesse de ce système, qui refuse d’exercer

    La mort et le suicide légalisés en France
    le grand scandale du jeu de la mort-la santé pervertie est paru à ce jour dénonçant le système de soins

    addenda y fait suite dans l’agir les deux parus chez EDILIVRE

    j’y interpelle les généralistes quand les psychiatres veulent enseigner aux généralistes comment soigner les pathologies mentale avec des DMS5 à l’heure actuelle, et des psychiatres qui se cachent derrière les mythes quand ça les arrangent pour justifier la mort de l’homme. Dans les dispensaires d’Etat aussi

    il faut un temps pour réfléchir, un temps pour dire et écrire un autre pour agir, ce moment est venu, je rassemble les preuves actuellement

    j’accuse la psychanalyse freudienne et lacanienne d’être une secte démocratisée depuis 1900 qui tue certains en silence

    j’interpelle le gouvernement les personnes citées dans addenda devront comparaître

    je demande qu’un débat public démocratique libéral soit ouvert au public

    parce que cela entraîne la médecine mentale à l’heure actuelle et les hôpitaux publics

    je fais de la recherche action recherche pour aider l’homme de façon humaine

    ce système de soins ne doit plus exister pour nos enfants actuels, il est strictement contraire aux droits de l’homme, sa façon de penser, et porte atteinte au corps
    ce système est encore pratiquer dans les dispensaires à l’heure actuelle et entraîne la médecine derrière elle
    L’organisation sociale n’explique pas tout surtout les morts qui n’ont jamais pu parler

    on peut cacher cent ans de théorie, la troisième génération si elle a survécu, parle
    êtes vous prêts à me suivre dans mes démarches ?

    Connaissez vous des journalistes du droit de l’homme ?

    Il y a des idées qui tuent en France

Répondre à Marie-Lise EHRET Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *