remove_action('wp_head', 'wp_generator'); Une enquête préliminaire dans l’affaire Penelope Fillon | Page-crime.com

Une enquête préliminaire dans l’affaire Penelope Fillon

François Fillon a réagi dans un communiqué, indiquant qu’il souhaitait être reçu par le parquet pour « faire taire cette campagne de calomnie »

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet national financier, mercredi 25 janvier, des chefs de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits, après la publication d’un article du Canard enchaîné sur l’emploi de l’épouse de François Fillon comme attachée parlementaire.

L’enquête a été confiée à l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales. Elle fait suite à la publication d’un article dans l’hebdomadaire révélant que le premier ministre de Nicolas Sarkozy a employé sa femme, Penelope Fillon, en tant qu’assistante parlementaire entre 1998 et 2002, puis durant six mois en 2012.

Pas de trace de ses activités

Cependant, Le Canard enchaîné a éveillé des soupçons d’emplois fictifs, puisque l’hebdomadaire dit n’avoir pas trouvé trace des activités de Penelope Fillon. Jeanne Robinson-Behre, une ancienne collaboratrice parlementaire de Marc Joulaud (suppléant de François Fillon), a déclaré au Canard n’avoir jamais travaillé avec Mme Fillon.

Dans un communiqué, François Fillon a indiqué en fin de journée qu’il souhaitait être reçu « dans les plus brefs délais » par les enquêteurs « pour rétablir la vérité ». L’ancien premier ministre, qui veut « mettre un terme à ces accusations dénuées de tout fondement », s’est également étonné « que des faits aussi anciens et légaux fassent l’objet d’une telle campagne, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle ».

Plus tôt dans la journée, le candidat à l’élection présidentielle s’était dit « scandalisé » par les révélations du journal, dénonçant une attaque « misogyne » contre son épouse.

Autrice d’une biographie de François Fillon, l’ex-membre du CSA Christine Kelly, qui a confié au Canard enchaîné n’avoir « jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait », a affirmé mercredi sur Twitter avoir reçu des « menaces » et des « pressions » par téléphone d’une « équipe politique », sans la nommer. « Le deuxième avertissement sera public », a prévenu l’ancienne journaliste, dans une déclaration à l’AFP.
Source: LE Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *