remove_action('wp_head', 'wp_generator'); UIMM: une ancienne comptable placée sous le statut de témoin assisté | Page-crime.com

UIMM: une ancienne comptable placée sous le statut de témoin assisté

PARIS, 9 oct 2008 (AFP) – Une ancienne chef comptable de l'UIMM a été placée mercredi sous le statut de témoin assisté dans l'enquête sur les retraits suspects en liquide des caisses de l'Union des industries et métiers de la métallurgie, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Suzanne Ducouret, chef comptable de l'UIMM entre 1977 et 2000, n'a en revanche pas été entendue sur les faits par le juge Roger Le Loire chargé de l'enquête, son avocat ayant demandé au magistrat un report de l'audition pour pouvoir étudier le dossier.

   Le statut de témoin assisté est à mi-chemin entre ceux de témoin et de mis en examen.

   Interrogée par la police, Suzanne Ducouret avait expliqué qu'il était arrivé à au moins deux reprises qu'un délégué régional de l'UIMM lui remette des valises de billets de 500 francs (75 euros) "sans que les origines soient précisées".

   Le juge Le Loire devait également procéder jeudi à la première audition sur le fond de deux cadres de l'UIMM déjà mis en examen dans ce dossier: Henri de Navacelle, directeur des ressources humaines et de la formation, et Aymeric Duroy, directeur du service contrats de travail.

   Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir perçu des compléments de salaire provenant de la "caisse noire" de l'UIMM.

   Le juge cherche à connaître la destination de 16,5 millions d'euros en espèces, retirés entre 2000 et 2007, sous la présidence de Denis Gautier-Sauvagnac, d'une caisse de secours mutuel créée en 1972, l'Epim.

   Le magistrat s'intéresse également aux retraits suspects opérés avant 2000, les faits relevant de l'abus de confiance n'étant pas prescrits, selon une source judiciaire.

   Dominique Renaud, une autre chef comptable de l'UIMM, qui a succédé à Suzanne Ducouret, avait déjà été mise en examen le 17 janvier par le juge Le Loire, notamment pour "complicité d'abus de confiance".

   Selon les enquêteurs, c'est elle qui aurait effectué la plupart des retraits suspects des comptes bancaires de l'UIMM à la demande de M. Gautier-Sauvagnac.

   La justice lui reproche également d'avoir détruit des reçus et talons de chèque justifiant ces retraits, après avoir appris dans la presse qu'une enquête judiciaire avait été ouverte sur la destination des fonds.
 
   pr/mat/sm/sh

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *