remove_action('wp_head', 'wp_generator'); le parquet requiert la réincarcération du sénateur Gaston Flosse | Page-crime.com

le parquet requiert la réincarcération du sénateur Gaston Flosse

PAPEETE, 1 déc 2009 (AFP) – Le parquet général a requis mardi la réincarcération du sénateur divers droite de Polynésie Gaston Flosse, libéré le 25 novembre après 16 jours en détention provisoire dans une affaire de corruption, a-t-on appris de source judiciaire.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Papeete doit rendre sa décision mercredi.
   L'entrepreneur Hubert Haddad, mis en examen dans la même affaire de corruption que M. Flosse, pourrait également être réincarcéré après avoir été libéré le 25 novembre.
   Le juge des libertés et de la détention avait décidé de remettre les deux hommes en liberté mais le parquet avait fait appel et déposé un référé détention.
   Le premier président de la cour d'appel, saisi en référé c'est à dire en urgence, n'avait pas suivi le parquet et avait remis Hubert Haddad et Gaston Flosse en liberté.
   Appelée à se prononcer sur le fond, la chambre de l'instruction peut infirmer l'appel du parquet ou le confirmer ce qui entraînerait un nouveau placement en détention provisoire de M. Flosse, 78 ans.
   L'ancien président polynésien, proche de Jacques Chirac, dont le rôle a été qualifié "de central" au sein d'un véritable "pacte de corruption" par le procureur, est soupçonné d'avoir bénéficié pendant dix ans pour lui-même et son parti de versements (200 millions CFP, soit 1.676.000 Euros) d'anciens responsables de l'Office des Postes et Télécommunications (OPT) et du groupe 2H dirigé par Hubert Haddad, chargé de la publicité pour l'annuaire officiel de la Polynésie.
   Il est également soupçonné d'avoir, en contrepartie, favorisé l'attribution à cette même société des régies publicitaires de l'OPT, de Air Tahiti Nui (ATN) et de Tahiti Nui Télévision, la chaîne du Territoire.
   Le 30 septembre, il avait été mis en examen notamment pour corruption passive et recel d'abus de biens sociaux.
   "Placer M. Flosse en détention, en l'absence de tout élément nouveau depuis sa mise en liberté, manquerait cruellement de lisibilité, voire de cohérence, je ne peux pas le croire", a déclaré à l'AFP son avocat Me François Quinquis.
   Le procureur de la République de Papeete José Thorel a estimé que "le plus important, ce sont les confrontations" à venir entre M. Flosse et son ancienne secrétaire Melba Ortas, Hubert Haddad ainsi que Geffry Salmon, l'ancien
Président de l'OPT.
   Mardi, une ancienne ministre de Gaston Flosse, Armelle Merceron, a été condamnée à 2 millions CFP d'amende (16.760 Euros), dont la moitié avec sursis, pour "favoritisme ou atteinte à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics".
   La justice lui reprochait d'avoir signé plusieurs conventions en sachant qu'elle enfreignait le Code des marchés publics. L'inéligibilité requise par le parquet n'a pas été retenue. Mme Merceron n'a pas fait appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *