remove_action('wp_head', 'wp_generator'); Le député de Haute-Corse Paul Giacobbi condamné à trois ans de prison ferme | Page-crime.com

Le député de Haute-Corse Paul Giacobbi condamné à trois ans de prison ferme

L’élu a été reconnu coupable de détournement de fonds publics. Près de 500.000 euros avaient été distribués dans des fausses subventions pour la construction de gîtes ruraux.

La sanction est rare. Le député de Haute-Corse, Paul Giacobbi, a été condamné mercredi à trois ans de prison ferme, cinq ans d’inéligibilité et 100.000 euros d’amende. Alors que l’élu divers gauche présidait le conseil général de Haute-Corse, entre 2007 et 2010, 480.000 euros de subventions douteuses ont été distribuées par le département, bénéficiant à des proches du député.

L’affaire avait éclaté en 2011. La cellule anti-blanchiment du ministère de l’Économie et des Finances, Tracfin, enquête alors sur l’assassinat de Dominique Domarchi, un proche de Paul Giacobbi. Elle s’aperçoit que le fils de la victime reçoit des fonds suspects sur son compte, notamment de la part d’un organisme chargé d’un programme d’aide à la création de gîtes ruraux.

L’argent des gîtes détourné

Sauf qu’une partie de cet argent n’est pas utilisé comme il le devrait. Il sert en réalité pour des travaux sur des bâtiments privés qui n’ont rien de gîtes ruraux. Les enquêteurs s’aperçoivent que les bénéficiaires des aides font partie d’un cercle d’élus et de connaissances gravitant autour de Paul Giaccobi. La subvention, d’un montant maximum de 15.000 euros par gîte, a été versée exclusivement sur la circonscription électorale de la Haute-Corse où était élu Paul Giacobbi, tandis qu’aucune aide n’était attribuée sur la première circonscription pourtant bien pourvue en zones rurales. Ce qui a fait dire au procureur lors de l’audience que Paul Giaccobi a «été le grand ordonnateur d’un système dont il a été le premier bénéficiaire à des fins politiques».

Au total, 24 personnes avaient été mises en examen dans le cadre de l’instruction. Outre Paul Giaccobi, l’ex-directeur général des services du département, Thierry Gamba-Martini, a été condamné à 2 ans de prison ferme. Le conseiller départemental Paul-Marie Mancini a écopé de trois ans de prison, dont deux avec sursis, et cinq ans d’inéligibilité. Un autre conseiller, Jacques Costa, a été relaxé. Les vingt autres personnes mises en cause, fonctionnaires départementaux et bénéficiaires des fonds détournés, ont été condamnées à des peines allant de quatre mois à trois ans d’emprisonnement avec sursis et à des amendes de 800 à 10.000 euros.

«C’est un assassinat politique. J’entends faire appel tout de suite», a réagi Me Jean-Louis Seatelli, avocat de Paul Giacobbi. Le député, qui était absent lors du délibéré, a toujours nié avoir eu une quelconque responsabilité dans cette affaire.

Source: LeFigaro.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *