remove_action('wp_head', 'wp_generator'); Le conseil général des Hauts-de-Seine condamné à payer des loyers à M. Hamon | Page-crime.com

Le conseil général des Hauts-de-Seine condamné à payer des loyers à M. Hamon

NANTERRE, 4 juil 2008 (AFP) – Le conseil général des Hauts-de-Seine a été condamné jeudi à payer avec un syndicat mixte près de 200.000 euros d'impayés au promoteur Jean Hamon, dans le cadre d'une création avortée d'un musée d'art  contemporain à Issy-les-Moulineaux, apprend-on vendredi de sources judiciaires. Le conseil général a été condamné à payer solidairement cette somme avec le syndicat mixte de l'Ile Saint-Germain.

"Il est temps aujourd'hui que le conseil général des Hauts-de-Seine respecte la loi", a déclaré à l'AFP Me Philippe Guméry l'avocat de Jean Hamon, le promoteur immobilier.
"Il serait temps qu'il nous fasse des propositions pour que cette collection profite enfin aux habitants des Hauts-de-Seine", a-t-il ajouté. Les sommes que réclamait M. Hamon devant le tribunal d'instance de Vanves (Hauts-de-Seine) correspondent au paiement de loyers et charges et prévu par l'accord passé en 2001 entre le promoteur et le syndicat mixte de l'île Saint-Germain (formé par la ville d'Issy et le Conseil général) et qui n'était plus payés depuis 2007, a expliqué Me Guméry.
Aux termes de l'accord, Jean Hamon faisait donation de 192 oeuvres d'art au syndicat mixte, qui s'engageait à construire un musée sur l'île Saint-Germain pour les exposer et, d'ici à ce que le bâtiment voie le jour, à stocker les oeuvres dans une propriété du mécène, en payant loyer et frais de gardiennage.
Mais le musée n'a jamais été construit, les travaux ayant été annulés en 2004 par la justice, saisie par une association de défense de l'environnement. Parallèlement, une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Versailles, sur des soupçons de détournements de fonds entre le syndicat mixte et le mécène. Jean Hamon, le secrétaire d'Etat à la fonctionpublique et maire  d'Issy-les-Moulineaux André Santini et l'ex-président du Conseil général des Hauts-de-Seine,Charles Pasqua, sont mis en examen dans cette affaire. Depuis qu'il a succédé à Nicolas Sarkozy à la tête du Conseil général, en juin 2007, Patrick Devedjian a fait savoir à plusieurs reprises qu'il ne comptait pas payer pour un musée qui ne verrait pas le jour. Contacté par l'AFP, l'avocat du conseil général des Hauts-de-Seine, n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *